Fooding prix 2016 is out [France]


#1

For those who follow the latest French food, wine and restaurants scene, the Fooding 2016 prizes is out.
(click earth icon for translation)

Meilleure table Guide 2016 : Dersou, Paris
Accouché par un bartender à large spectre (Amaury Guyot, associé aux Sherry Butt et Prescription Cocktail Club) et un chef japonais sans frontières (Taku Sekine, ex-Ducasse à Tokyo, Saturne et Clown Bar), un sophistroquet de 50 m2. Où mettre ses certitudes au vestiaire avant de prendre une correction.

Meilleure cave à manger Guide 2016 : Garopapilles, Bordeaux
On entre côté cave dans cet œnobistrot classieux (bois blond, chaises Baumann), où Gaël Morand gère un choix de quatre cents étiquettes des meilleurs vignerons (Roc de Cambes, Léon Barral, Nicolas Joly, Jean-Louis Trapet…) quand Tanguy Laviale, passé chez Lasserre et Ledoyen à Paris, enchaîne les surprises.

Meilleur bistrot Guide 2016 : Le Bon Saint Pourçain, Paris
A Paris, on rebat sans cesse les cartes : à côté d’élucubrations modernistes mixées à des cocktails supersoniques, on intrigue aussi à la re-re-re-renaissance de la cuisine de bistrot. Et aux manettes de ce jeu-là, c’est souvent le même qui gagne.

Fooding d’amour Guide 2016 : La Bijouterie, Lyon
En pleine rue, Arnaud Laverdin joue du fumoir pour préparer sa ganache du soir… Barbu, tatoué, en tablier, le jeune homme présente tous les symptômes d’une hipstérisation gastronomythique.

Meilleures nouilles Guide 2016 : Trois Fois Plus de Piment, Paris
Au feu, les pompiers ! A deux pas du Centre Pompidou, le boss de Deux Fois Plus de Piment (rue Saint-Sébastien) nous remet la dose… Et zéro risque d’overdose tellement c’est bon ! Dédié aux nouilles sichuanaises et aux raviolis, 100% maison.

Meilleure pêche Guide 2016 : Le Mathurin, Saint Valéry sur Somme
Dans la famille Delaby, on aime le poisson. Qu’on pêche en famille, et que le fils cadet, Pierre-Alain, cuisine en direct derrière son comptoir sur rue, du bateau à l’assiette.

Meilleure table d’hôte Guide 2016 : Isi, Nice
20 h 05 : le jeune chef suédois Isak Oldenburg (ex-Septime à Paris) attend les retardataires sur le pas de la porte de La Rossettisserie, où il tient table d’hôte à l’étage. Dans la salle-cuisine carrelée « métro », il fait tout lui-même.

Meilleur frit style Guide 2016 : Hero, Paris
Après Candelaria, Glass et Mary Celeste, l’équipe de mixologues-popoteurs surdoués frappe un nouveau coup en enchantant de ses potions magiques de coréennes assiettes à sensations.

Meilleure pizza Guide 2016 : La Bonne Mère, Marseille
Une pâte à la farine bio, levée 48 heures, croustillante et bien soufflée et par-dessus, rien que des bonnes choses : sauce tomate de compète, fromages italiens AOC, olives et huile d’olive bio, etc.

Meilleur pop-up Guide 2016 : Paris Pop-up
Après Paris, Fez, Montréal ou Kyoto, c’est à l’hôtel Nord-Pinus d’Arles, que le trio composé de Laura Vidal, Harry Cummins (ex-cuistot et sommelière de Frenchie à Paris) et Julia Mitton (ex-DG de l’Experimental Group), a installé son 21e resto éphémère.

Prix Adidas street food Guide 2016 : SaAm, Paris
Yoonsun Kim, cheffe coréenne qui nous « bibimbap-ise » depuis plusieurs saisons chez Ma Kitchen, a décidé de nous « bun-iser » tout autant… Pétrie chaque matin, la pâte élastique de ses ensorcelants petits sandwichs.

Fooding d’honneur Guide 2016: Alexandre Gauthier
La Grenouillère : de la Grenouillère paternelle, Alexandre Gauthier a fait un Coassic Park peuplé de batraciens qui réveillent nos plaisirs sensoriels primitifs.
Froggy’s Tavern : génial flatteur de palais, Alexandre Gauthier a conçu sa première annexe telle une caverne pour clients gloutons.
Anecdote : preuve qu’il ne faut pas tuer le père pour exister mais qu’il suffit de le cuisiner, Alexandre ressuscite, à l’enseigne d’Anecdote, la cuisine des 70s…avec tout simplement, la meilleure tarte tatin du monde !

Edited: I was stupid, the Fooding site has English: here it goes:
http://lefooding.com/en/the-good-news/les-meilleurs-restaurants-de-l-annee-sont


#2

Interesting and, to me, surprising choices. (Don’t chastise yourself. My husband always grins as he quickly reads the English subtext while I have been laboring over the bold typed French. )


#3

Le Fooding has a public that is different from Michelin eaters for example, they are aiming more at a younger and more vibrant generation. And then there is also the Gault and Millau award.

Do you know that Alain Ducasse is going to do his version of food award, challenging Michelin and the world’s 100 best restaurants list?


#4

Vibrant- Ouch, Michelin.

Their Bib Gourmand list is an attempt to broaden beyond fine dining and connect with the younger crowd with a budget. Not sure how successful it is in broaden the Michelin appeal though.


#5

Le Fooding is always described as a bobo Parisian thing. I have the feeling that their audiences are young, hipsters trying to appeared cool but learning to like food. Michelin are more classic, I bet they appeal more to foodies.


#6

As for 2015 in France, one of the selection criteria for Bib Gourmand is the restaurant selected must have a menu that composed of a starter, a main and a dessert, in Paris not more than 36€, everywhere else in France not more than 32€. To me it’s still quite expensive for young people as the price doesn’t include drinks.

For Le Fooding guide, you can find all range of price, even street foods or good ethnic eats (much more than Bib), it appeals more to the youth who like to try new things than the Bib.

An example, in a 1 star Bordeaux restaurant, a lunch menu 3 courses, is at 29€. Sometimes Michelin guide (in France) is questioned if it is still in touched with the reality.


#7

The rarefied world of high gastronomy has always been rather pricey. To those who are able to eat dinners that cost 1000€, 30€ lunch isn’t too much, to them or to their expense accounts.


#8

Here’s the meal: [Cenon, France] La Cape, good valued Michelin meal, in the outskirt of Bordeaux